A. La IIe République, des idéaux à l’échec (1848-1851)

« Le gouvernement actuel de la France est le gouvernement républicain ! ».

Alphonse de Lamartine, 1848.
1. Une démocratie porteuse d’espoirs

Le 24 février 1848 marque la fin de la monarchie de Juillet et le début de la IIe République, portée par un gouvernement provisoire dont Lamartine, poète et député républicain, se fait le chantre.

La IIe République nourrit beaucoup d’espoirs chez les Républicains qui prennent rapidement de nombreuses décisions importantes : l’abolition de la peine de mort pour les prisonniers politiques (27 février), la garantie de la liberté de la presse et de réunion (4 mars), l’adoption du suffrage universel masculin (5 mars), qui rend sa souveraineté au peuple (sauf aux femmes), et l’abolition de l’esclavage (27 avril 1848), ardemment défendue par Schoelcher au nom du principe d’égalité.

Sur le plan de l’organisation politique, la Constitution du 4 novembre affirme la séparation des pouvoirs : le pouvoir législatif est confié à l’Assemblée nationale tandis que le pouvoir exécutif revient au Président de la République.

Des mesures sociales sont également prises : création des Ateliers nationaux afin de donner du travail aux chômeurs parisiens et limitation de la durée de la journée de travail (loi des 10 heures).

Le résumé en schéma : Les espoirs portés par la IIe République

Ecoute la leçon (lue par Shaïna, 1E)

Le quiz ! (en 45 secondes)

2. Des tensions qui mènent à l’échec

Les limites de l’idéal démocratique et social de la IIe République laissent apparaître des tensions qui finissent par enterrer la République.

Alors qu’elles ont été actrices de la révolution de février 1848, les femmes ne sont toujours pas les égales des hommes sous la IIe République (suffrage universel masculin). Des figures féminines manifestent alors des revendications en faveur de l’émancipation des femmes (« clubs de femmes », journaux féminins comme La voix des femmes), à l’image de George Sand.

Tandis que la crise économique et sociale persiste, l’Assemblée nationale décide la fermeture des Ateliers nationaux jugés trop coûteux (21 juin 1848). En réaction, des barricades sont érigées à Paris (Journées de Juin). La révolte est réprimée dans le sang : c’est la désillusion dans le monde ouvrier.

Cet épisode est l’expression de divisions de plus en plus fortes. D’une part sur le plan idéologique (vision libérale/vision socialiste) mais aussi sur le plan sociétal (ville en effervescence/campagnes traditionnelles). La victoire du parti de l’Ordre aux élection de mai 1849 marque le basculement vers une République conservatrice qui va restreindre les libertés (1849 et 1850) et la démocratie (loi du 31 mai 1850 limitant le suffrage universel).

Premier président élu, Louis-Napoléon Bonaparte s’oppose à l’Assemblée qui lui refuse la possibilité de se représenter pour un deuxième mandat. Il organise alors un coup d’État (2 décembre 1851) avec le soutien de l’armée.

Le résumé en schéma : Une République sous tension

Ecoute la leçon (lue par Junior, 1D)

Le quiz ! (en 45 secondes)


Documents

Personnage de l’Histoire : Lamartine

PPO : Lamartine, chantre de la République

Print Friendly, PDF & Email

Auteur : M.REGNIER

M. REGNIER enseigne l'histoire-géographie au lycée Balata en Guyane.