A. Industrialisation et urbanisation en France

1. Les innovations techniques au service de la production

Au XIXe siècle, les sources d’énergie traditionnelles (eau, vent, animaux) sont progressivement remplacées par une invention capitale pour l’industrialisation : la machine à vapeur. Améliorée dans son fonctionnement depuis le XVIIIe siècle (James Watt), elle permet d’augmenter fortement la production de produits manufacturés, notamment dans l’industrie textile (filatures), mais également de pomper l’eau dans les mines de charbon.

D’une manière générale, l’industrie profite des innovations techniques qui visent à accroître les productions et à limiter le coût de fabrication. Conscient que l’industrialisation est le moteur du développement économique, en France, l’État soutient l’innovation par une politique de modernisation du pays, en particulier sous le règne de Napoléon III.

Entre 1848 et 1870, la production de charbon, matière première essentielle aux besoin des industries, passe de 4 millions de tonnes à 13 millions de tonnes en France. Cette évolution s’accompagne logiquement d’une augmentation du nombre de mineurs (+150%).

Dans le domaine de la métallurgie, on relève le même élan avec une croissance du nombre de hauts-fourneaux favorisant ainsi la production de fonte (acier) qui permet la réalisation de… machines à vapeur.

Ecoute la leçon (lue par Nicolas H., 1E)

2. Les transports modernisés

Dans le prolongement de la machine à vapeur vient l’invention de la locomotive à vapeur (Richard Trevithick, 1804) qui va révolutionner le transport : c’est le développement du chemin de fer. Entre 1848 et 1870, la longueur des voies ferrées en France passe de plus de 2000 km à plus de 20 000 km. En 1857, la ligne Paris-Lyon-Méditerranée (« PLM ») reliant les trois principales villes françaises est ouverte. Conscient de l’intérêt économique et industriel du chemin de fer, l’État participe activement à son développement (conventions ferroviaires État-compagnies, 1859). Sur le plan économique, l’extension du réseau ferroviaire accélère l’unification du marché national.

Le bateau à vapeur fait également sont apparition sur les fleuves français puis sur les voies commerciales maritimes. Il s’impose progressivement sur les navires à voiles à partir de 1850, notamment grâce à l’utilisation de l’hélice. Le premier navire militaire propulsé principalement par la machine (le Napoléon) est lancé en 1850.

Plus généralement, la question de la modernisation des voies de communication s’impose notamment pour faciliter les échanges avec les autres pays. De nouveaux canaux sont ainsi creusés et de grands ports (Bordeaux, Nantes, Marseille) sont modernisés.

Ecoute la leçon (lue par Shaïna O., 1E)

3. La croissance urbaine et les nouveaux paysages urbains

L’activité pour construire ta leçon :
Dossier sur l’urbanisation de la France (1848-1870)

La leçon

Au XIXe siècle, la France connaît une forte urbanisation. Entre 1848 et 1870, la part de la population urbaine passe ainsi de 24 % à plus de 31 %. Les villes sont de plus en plus peuplées : entre 1846 et 1872, le nombre d’habitants à Paris passe de 1 million à 1,8 millions (à Marseille la population passe de 183 000 à plus de 300 000 habitants).

La croissance urbaine est liée à l’industrialisation qui marque la France du XIXe siècle et en particulier le Seconde Empire. Les villes sont attractives : outre les industries qui nécessitent une forte main d’œuvre, le commerce et les services sont également pourvoyeurs d’emplois. Cette attractivité favorise ainsi l’exode rural : les habitants de la campagne les plus pauvres et les moins qualifiés partent vers les villes. Si les villes industrielles, en particulier dans le textile et la métallurgie, connaissent une forte croissance (Roubaix, Tourcoing, Lens), les villes portuaires (Le Havre, Calais, Marseille) mais aussi touristiques (Cannes, Nice) voient également leur population augmenter.

Les grandes villes françaises du milieu du XIXe siècle, confrontées à une forte augmentation de leur population mais également à des enjeux sanitaires (épidémies de choléra), se transforment. Sous le Second Empire, des politiques de grands travaux sont engagées dans les grandes villes (Paris, Lyon, Bordeaux, Lille…) : les centres urbains sont agrandis, les quartiers insalubres sont détruits au profit de quartiers mieux aérés avec des parcs et des immeubles réguliers. Les services et les équipements se développent (réseaux de transports, hôtels de ville, hôpitaux…). La transformation de Paris, sous la baguette du préfet Haussmann, symbolise ces mutations urbaines impulsées sous le Second Empire.


Vocabulaire

Filature : usine qui produit en grande quantité des fils textiles.

Industrialisation : diffusion d’un nouveau mode de production associé à l’emploi de machines et à une production en grande quantité dans les usines.

Métallurgie : ensemble des industries et des techniques qui assurent la fabrication des métaux et de leurs alliages.

Produits manufacturés : marchandise issue de la transformation de matières premières en usine.


Documents

– Dossier de cours : croissance urbaine et nouveaux paysages urbains en France (1848-1870) [PDF]

– activité PPO : Paris haussmannien : la transformation d’une ville [PDF]

Print Friendly, PDF & Email

Auteur : M.REGNIER

M. REGNIER enseigne l'histoire-géographie au lycée Balata en Guyane.