P. Madame Roland


Issue d’une famille aisée, douée d’un esprit vif, madame Roland se passionne pour les idées des Lumières. L’ascension sociale de son mari, député en 1791 puis ministre de l’Intérieur sous la convention girondine, lui donne l’occasion de s’investir dans cette Révolution qui la fascine. Madame Roland accueille alors dans son salon les grands hommes politiques du moment comme Brissot et même Robespierre. Bien qu’elle s’en défende, elle a une influence dans les affaires politiques de son temps au point d’essuyer les critiques des Montagnards qui la surnomment madame « Coco ». Elle est arrêtée lors de la purge des Girondins en juin 1793. C’est en prison qu’elle rédige ses mémoires avant d’être finalement guillotinée le 8 novembre 1793.

Print Friendly, PDF & Email